Equipe et bureau

Artistes chorégraphiques

Fabien Almakiewicz
Danseur
Fabien Almakiewicz
  • Fabien Almakiewicz étudie aux Beaux Arts de Cherbourg et de Marseille, (1997-2002), après une formation artisanale aux métiers du vitrail à Cahors, puis à Nancy au Centre Européen de Recherches et de Formation aux Arts Verriers (CERFAV).

    En 1998, il découvre les techniques somatiques de mouvement et la danse contemporaine et intègre en 1999 l’European Dance Development Centre (EDDC) à Arnhem (Pays-Bas). Depuis, il participe à des créations et des performances en tant que danseur et performer avec la compagnie La Zouze de Christophe Haleb (1999 -2003), le Collectif Skalen (2004- 2008), la chorégraphe Rosalind Crisp (2004), la compagnie Mi-octobre de Serge Ricci (2000- 2012), la compagnie Grégoire & Co de Sylvie Le Quéré (2009-2010), la compagnie Hatmen de Françoise Tartinville (2012), la compagnie Point Zéro Delphine Caron (2014), la compagnie Mouvoire Stephan Thiersch (Allemagne) (2013-2016) et Christian Rizzo (2013-2016).

    En 2016, il rejoint la compagnie Christian et François Ben Aïm sur la création Brûlent nos cœurs insoumis.

Aurélie Berland
Danseuse
Aurélie Berland
  • Aurélie Berland suit la formation en danse contemporaine du CNSMDP d’où elle sort diplômée en 2006.

    Elle travaille alors principalement avec Daniel Dobbels dans plusieurs pièces de groupe et solos et avec Christian et François Ben Aïm dans les pièces Amor Fati Fati Amor (2008), Résistance au droit (2010) et Valse en trois temps (2010).

    Depuis 2011, elle se forme en notation du mouvement dansé, système LABAN au CNSMDP. En 2013, elle danse pour Christine Gérard dans le cadre de In Vivo danse 2013 au Centre Georges Pompidou. En 2014, elle est interprète dans la pièce La Traversée de Nacera Belaza et dans La légèreté des tempêtes, création 2014 de Christian et François Ben Aïm.

Johan Bichot
Danseur, circassien
Johan Bichot
  • Johan Bichot s’est formé à l’école nationale supérieure des arts du cirque de Rosny-sous-Bois puis à l’école Fratellini où il écrit deux pièces dansées Wackyland en 2007 et Arena en 2008.

    Il travaille ensuite pendant une année, en tant qu’acrobate, en Italie dans le music hall d’Arturo Brachetti Gran Varieta. En 2011 il danse aux côtés du chorégraphe Josef Nadj dans la pièce Cherry brandy. Après une première collaboration en 2012 avec Netty Radvanyi sur la pièce de cirque Striptyque écrite autour du peintre Francis Bacon, ils créent Brut pour sa propre compagnie au CCN d’Orléans en 2014 – spectacle Lauréat du concours européen «Circus Next».

    En 2016 il tourne dans le film La claque réalisé par Loren Denis dans le cadre de la « 3e scène » espace numérique crée par Benjamin Millepied pour l’Opéra de Paris, puis danse aux côtés de Nasser Martin-Gousset dans l’adaptation ROMAN du livre Women in love de D.H.Lawrence. En 2018/2019 il travaille en tant qu’interprète aux côtés du Christian Rizzo dans sa dernière pièce Une Maison.

    Après une première rencontre en 2011 avec la compagnie où il est interprète pour L’ogresse des archives et son chien, une deuxième collaboration fructueuse se développe pour FACÉTIES.

Instantanes-3-Alex-Blondeau-©Tony-Noel-3
Danseuse
Alex Blondeau
  • Alex Blondeau se forme à la danse au Conservatoire de Paris, puis au Conservatoire National Supérieur de Lyon. Diplômée en 2017, elle intègre la compagnie du Stadttheater Bielefeld en Allemagne, où elle collabore avec Lali Ayguade et Simone Sandroni.

    De retour en France, elle travaille avec Maguy Marin pour la pièce May B, ainsi qu’avec Luc Petton pour une production mêlant oiseaux nocturnes et orchestre sur scène.

    En 2020, elle rejoint la compagnie Cullberg à Stockholm, et se familiarise avec le travail d’artistes scandinaves. Elle intègre ensuite Rosas à Bruxelles pour participer à la reprise de la pièce phare de Anne Teresa de Keersmaeker  Drumming.

    A ce moment là, Alex Blondeau commence à suivre un Master en journalisme à l’ESJ de Paris, en parallèle de ses activités de free lance.

    En septembre 2021, elle rejoint la compagnie Skånes Dansteater basée à Malmö dans le sud de la Suède. Elle y danse dans la production de la chorégraphe hollandaise Anouk Van Dijk.

    C’est en 2021 également qu’elle rencontre Christian et François Ben Aïm pour la création du solo Instantanés #3.

Florence Casanave portrait
Danseuse
Florence Casanave
  • Après deux années de formation (2001-2003) à Epse Danse auprès de Françoise Texier à Montpellier, Florence Casanave est interprète dans la compagnie Grégoire&co/Sylvie Le Quéré dans les créations Pensées Secrètes et Taka, et continue diverses collaborations avec la compagnie depuis, notamment pour la conférence dansée d’Elisabeth Shwartz sur Isadora Duncan en 2012.

    Elle approfondit sa formation à P.A.R.T.S. (2004-2006) où elle étudie les techniques releases et expérimente ses propres processus créatifs. Elle collaborera par la suite avec Lance Gries, son professeur, sur des projets d’improvisation. Par ailleurs, elle est interprète pour Salia nï Seydou dans la reprise du Siècle des Fous, et Eléonore Didier dans le solo LaiSsERvenIR. Entre 2012 et 2014, elle est interprète pour la compagnie Ubi/Alessandra Piccoli et Sarosi Nay dans les pièces Chronica et Geminus.

    En parallèle de sa carrière d’interprète, elle crée avec Elisabeth Fernandes la compagnie Body Works à Rennes au sein de laquelle elle écrit trois courtes pièces D.O.R. (solo), Les Mouvantes (duo) et Faire des ponts et Voler (trio)  dans lesquelles elle est également interprète. Fidèle à la compagnie 29X27, elle collabore avec elle pour son projet jeune public Le Ring des Anges en 2009, et son projet d’improvisation in situ Perspective(s), puis elle enseigne régulièrement au sept-cent-quatre-vingt-trois à Nantes.

    En 2014, elle rencontre Christian et François Ben Aïm et prend part à la création La Légèreté des tempêtes.

Léonor Clary
Danseuse
Léonor Clary
  • Née en 1992, Léonor Clary explore différentes formes de pratique artistique et physique, passant de l’étude musicale du violon à la gymnastique rythmique, de la pratique du cirque au sport individuel, avant de commencer la danse à 16 ans.

    Elle poursuit sa formation de danse théâtre à la Folkwang Universität Der Künste, Pina Bausch, où elle reprend le répertoire (Le Sacre du printemps, Tannhaüser) ainsi que celui de José Limon (Concerto Grosso). Elle collabore également avec des chorégraphes tels que Susanne Linke, Malou Airaudo, Henrietta Horn, ainsi qu’avec des danseurs du Tanztheater Wuppertal. Elle travaille parallèlement avec la compagnie Theater Der Klänge à Düsseldorf et le Tanztheater Erfurt (Allemagne) et suit aussi une formation de théâtre auprès de Maria Machado Dubillard à Paris.

    En 2015, elle rencontre Christian et François Ben Aïm, et est choisie pour la reprise de rôle pour la pièce La Légèreté des tempêtes.

Chiara Corbetta - danseuse
Danseuse
Chiara Corbetta
  • Chiara Corbetta est née en Italie en 1994. Elle a rejoint la National Ballet Academy de Rome en 2010.

    En 2016, elle obtient un Ba Hons in Dance à l’Université de Kingston de Londres et travaille alors avec Rosie Kay Dance Company, Levantes Théâtre de danse, David Massingham, Joumana Mourad et Jason Piper. Elle s’installe ensuite à Kaunas en Lituanie pour rejoindre Aura Dance Theatre Company pendant deux ans sous la direction de Birute Letukaite, où elle se produit à l’international et collabore avec plusieurs chorégraphes invités comme Gil Kerer, Yoshiko Waki (Bodytalk), Bea Debrabant et Vangelis Legakis. Elle navigue ensuite entre Vienne, Londres et Paris, participant à plusieurs projets et se produisant pour TanzCompany Gervasi dirigé par Elio Gervasi, NuaDance Company fondée par Neus Gil Cortes et Acno Dance Project dirigé par Mourad Bouyad et Paul Lamy.

    Elle rejoint la compagnie dans le cadre de la création de FACÉTIES. Par ailleurs, elle est enseignante certifiée de yoga Yin et Vyniasa.

Lee Davern portrait
Danseur
Lee Davern
  • Né à Oxford, Lee Davern débute sa formation de danseur professionnel à 20 ans à la Northern School of Contemporary Dance en Angleterre. Il commence son parcours d’interprète auprès des compagnies Dance Theater of Ireland, Wired Ariel Theater, Tom Dale and Protein.

    En 2007, il collabore avec la compagnie islandaise Himherandit Productions pour une création présentée au Reykjavik Dance festival, puis avec la compagnie suisse Alias de Guilherme Botelho. Il rejoint en 2009 la compagnie de Jasmin Vardimon en Angleterre et le Royal Opera house, avant d’entamer une collaboration avec la compagnie DV8 Physical Theater pour deux créations et des tournées internationales. Depuis 2012, il vit à Paris et travaille avec la compagnie Ôma-Belles Embardées pour la pièce Animal social (2011), la chorégraphe Ingrid Florin dans Au nom du père (2013) et dans l’Opéra Médée (2012) avec le chorégraphe Kim Brandstrup.

    En 2013, il rejoint la compagnie de Christian et François Ben Aïm pour une reprise de rôle dans la pièce La Forêt ébouriffée (2013).

Vincent Delétang portrait
Danseur
Vincent Delétang
  • Après une licence d’Anglais et l’obtention du concours de professeur des écoles, Vincent Delétang se forme à la danse au Conservatoire National de Région de Paris avant d’intégrer le CNDC d’Angers sous la direction d’Emmanuelle Huynh.

    En 2008, il est interprète de la compagnie de Paco Dècina, puis multiplie depuis 2010 les collaborations avec Carolyn Carlson, pour qui il est assistant chorégraphique et interprète sur deux éditions du projet Dansewindows. Il rejoint Camille Ollagnier sur son projet Les Garçons Sauvages où il interprète le solo Elseneur. Il développe sa propre écriture chorégraphique au sein du collectif DesiDelà en signant notamment À deux dans une manche avec Virginie Quigneaux.

    Titulaire du diplôme d’état et d’un Master en Culture et Communication, il développe plusieurs projets pédagogiques et de création auprès de différents publics amateurs (milieu scolaire, hospitalier, associatif).

    C’est en 2013 qu’il rejoint Christian et François Ben Aïm pour une reprise de rôle dans la pièce La Forêt ébouriffée.

Thibaut Eiferman
Danseur
Thibaut Eiferman
  • Thibaut Eiferman est né à Paris et a grandi à New York. Il fait sa formation classique à l’école du American Ballet Theater avant de rejoindre le Ballet British Columbia à Vancouver pendant deux ans.

    Il découvre le Gaga, la recherche de mouvement créée par Ohad Naharin, avec Danielle Agami à Los Angeles, où il danse avec Ate9 Dance Company pendant trois ans.

    Il part ensuite danser à Tel Aviv avec Batsheva Ensemble pour la saison 2017-2018, où il entame son projet H H H en tant que chorégraphe et interprète.

    Thibaut Eiferman continue son aventure chorégraphique à Paris, où il est professeur certifié de Gaga. Il enseigne à Micadanses et à l’Opéra de Paris.

    C’est pour la pièce FACÉTIES qu’il rejoint l’équipe de Christian et François Ben Aïm.

Eric Fessenmeyer portrait
Danseur
Eric Fessenmeyer
  • Après une formation au CNR de Poitiers, Eric Fessenmeyer commence en 1998 un parcours d’interprète auprès d’Odile Azagury, Claude Magne et continue ses rencontres pour de nombreuses créations et performances avec Hervé Diasnas, Christie Lehuédé, Laurent Falguièras. Il participe à l’adaptation de La bouche pleine de terre de Branimir Scepanovic, mis en scène par Richard Sammut.

    Dès 2001, il rejoint la compagnie de Christian et François Ben Aïm pour les pièces O mon frère ! (2001), La frontera (2001), Ne vous fiez pas au titre, il peut encore changer (2003), En plein Cœur (2006) et Amor fati fati amor (2008).

    Depuis 2010, il collabore avec Joseph Nadj, en tant qu’interprète dans Cherry Brandy (2010), La longueur des cent aiguilles (2010), Les philosophes (2011) et Ozoon (2013). Il fonde en 2007 la compagnie La Cavale avec Julie Coutant, lui permettant aujourd’hui de déployer son propre univers artistique.

Anne Foucher
Danseuse
Anne Foucher
  • Après une formation de masseur-kinésithérapeute, Anne Foucher se forme à la danse auprès de Carole Hacker et aux cours de stages, auprès de différents chorégraphes.

    Depuis 1994, elle a travaillé entre autre avec Richard Mouradian, François Laroche Valière, Pal Frenak, Annie Vigier et Frank Apertet, Dominique Verpraet, Jean-Antoine Bigot et Radhouane El Meddeb. De 1998 à 2005, elle rejoint en tant qu’interprète la Compagnie Fattoumi-Lamoureux et participe à huit de leurs créations.

    Elle crée un premier solo Excroissance et assiste Sophie Lamarche Damoure comme regard extérieur pour la création i. Titulaire du DE, elle enseigne, donne des stages et participe aux divers évènements liés au travail des différentes compagnies avec lesquelles elle collabore.

    C’est en 2005 qu’elle intègre la compagnie de Christian et François Ben Aïm et participe à leurs créations En Plein Cœur (2006), Amor fati fati amor (2008) et Valse en trois temps (2010).

Mélodie Gonzales
Danseuse
Mélodie Gonzales
  • De nationalité franco américaine, Mélodie Gonzales fait ses premières expériences de la scène en France au sein du Jeune Ballet du Languedoc et de la compagnie Christiane Marciano. Elle part ensuite se former à la New World School of the Arts de Miami, Fl. aux USA, où elle obtient un Bachelors of Fine Arts en danse en 2004, puis à l’Institut Laban à Londres où elle obtient un Master en Performance de la danse.

    Elle partage alors son temps entre l’Europe et les États-Unis en collaborant avec plusieurs chorégraphes internationaux : Daniel Lewis (Jose Limon Co.), Michael Uthoff (MUDT), Peter London (Martha Graham Dance Co), Jennifer Muller (NYC), Aszure Barton (NYC)… En 2009, elle est primée lauréate du concours d’interprètes Rencontres Talents Danse de l’ADAMI. Elle crée le collectif d’artistes CERICA en 2010 au sein duquel elle développe ses propres recherches chorégraphiques avec les pièces Pièces Courtes et Poupées Post-it. En 2013, elle co-réalise son premier long-métrage avec Daniel Madoff (ex-danseur de Merce Cunningham).

    En tant que professeur, Mélodie a enseigné à Miami en 2004 puis à Londres entre 2007 et 2009 au Trinity Laban Institute et au Lewisham College de Londres. Depuis 2008, elle développe une technique d’exploration du mouvement pour danseur et non-danseurs qu’elle partage au travers de cours et de stage ponctuels.

    En 2014, elle devient membre de la compagnie KD Danse dirigée par Kirsten Debrock et rejoint Christian et François Ben Aïm pour leur nouveau projet, La légèreté des tempêtes. Elle est également interprète dans L’Ogresse des archives et son chien.

Félix Héaulme
Danseur
Félix Héaulme
  • Felix Héaulme commence la danse très jeune au sein du Groupe Grenade dirigé par Josette Baïz, dans lequel il se forme à différentes techniques et participe à de nombreuses créations.

    Il intègre ensuite la compagnie professionnelle de cette dernière de 2006 à 2014 en tant que danseur interprète ou professeur et il s’occupe également de créer quelques modules chorégraphiques pour les jeunes du groupe.

    En 2014 il fait la connaissance de Michel Kelemenis, et rejoint sa compagnie pour deux créations. Au fil des rencontres il participe à des projets divers, avec la compagnie Elephante/Sandra Français, la compagnie Beaver Dam/Edouard Hue, le collectif Fréquence Moteur/Valentine Paley, ou le G.U.I.D/Angelin Preljocaj.

    En 2016, il rejoint la compagnie Christian et François Ben Aïm sur la création Brûlent nos cœurs insoumis, puis sur la création Mirages — Les âmes boréales en 2018.

Mylène Lamugnière
Danseuse
Mylène Lamugnière
  • Après des études de Langues Etrangères Appliquées au Commerce et à la Communication, Mylène Lamugnière obtient un Master 2 en Management des Organisations et des Manifestations Culturelles en 2007.

    Elle intègre ensuite la compagnie Grenade de Josette Baïz de 2008 à 2014 où elle multiplie les collaborations avec divers chorégraphes tels que Jean-Claude Gallotta, Abou Laagra, Jérôme Bel, Dominique Hervieu, Eun-me Ahn ou encore Germaine Acogny. Elle rejoint en 2014 Gilles Verièpe pour sa création She-Mâle et participe à la reprise de rôle de sa pièce Kube. Cette même année signe le début de sa collaboration avec Michel Kelemenis avec qui elle participe à deux créations dont Rock&Goal en 2016. Elle collabore à des projets plus ponctuels en parallèle avec la compagnie Ex-Nihilo de Jean-Antoine Bigot et Anne Le Batard, la chorégraphe germano-suisse Léa Moro ou encore Hervé Koubi.

    Titulaire du DE, elle enseigne et participe aux divers évènements liés au travail des différentes compagnies avec lesquelles elle collabore : enseignement, création, assistanat.

    En 2016, elle rejoint la compagnie Christian et François Ben Aïm sur la création Mirages — Les âmes boréales.

léa-lansade-danseuse
Danseuse
Léa Lansade
  • Léa Lansade commence la danse et la gymnastique en Bretagne. Elle intègre ensuite le CNSMD de Paris d’où elle sort diplômée en 2006.

    Après ces années riches en aventures chorégraphiques, allant du répertoire à la création, elle rejoint le Groupe Urbain d’Intervention Dansée du Ballet Preljocaj, Centre Chorégraphique National d’Aix-en-Provence et poursuit sa carrière d’interprète auprès des chorégraphes Jean-Christophe Boclé, Emilio Calcagno (Nouvelle Vague – Génération Bagnolet, en 2009, projet au sein duquel elle rencontre Daniel Larrieu et interprète la pièce Chiquenaudes, primée au Concours de Bagnolet en 1982) et du metteur en scène Pierre Longuenesse. Ses intérêts pour la musique et le théâtre la mènent à échanger avec différents artistes lui permettant d’expérimenter diverses formes de représentation, entre composition, écriture instantanée et improvisation, ainsi que différents espaces de jeu.

    Titulaire du Diplôme d’État de professeur en danse contemporaine, elle enseigne parallèlement en conservatoire à de jeunes danseurs, des groupes d’amateurs et est également artiste associée au dispositif Danse à l’École du théâtre La Faïencerie de Creil (2010-2016). Suite à sa rencontre avec Didier Théron, elle participe à la création de Shangaï Boléro, Festival Montpellier Danse 2011, et danse dans Hara Kiri, Nous Autres, Sacrément Gonflés, Les Gonflés. En 2012, elle est à la création d’ Exploit, de Pauline Simon – pièce primée au concours Danses Élargies du Théâtre de la Ville – présentée en Septembre 2013 aux Théâtre des Abbesses. À ce même moment, c’est en intégrant la compagnie De l’Entre-Deux qu’elle entame une collaboration avec le chorégraphe Daniel Dobbels pour la création d’Entre les écrans du temps (mai 2014, Théâtre National de Chaillot).

    Également interprète auprès des chorégraphes Mié Coquempot K622 : 1080 – l’art de la Fugue, Sébastien Ly, compagnie Kerman : Au-delà de l’AbsenceAux portes de l’oubli,  Daniel Dobbels : Sur le silence du temps, elle collabore avec François Ben Aïm pour la création du solo Instantanés #2 et avec Sébastien Laurent pour la pièce Désenchanter – réenchanter. Elle danse dans Littéral et les reprises de Chiquenaudes et Romance en Stuc.

remi-messger-leblanc-danseur
Danseur
Rémi Leblanc-Messager
  • Né à Rennes, Rémi Leblanc-Messager découvre la danse contemporaine en 2006 au sein du groupe chorégraphique universitaire de sa ville natale, en parallèle de ses études d’Histoire de l’Art et archéologie. C’est à cette période qu’il rencontre Fabrice Dasse, danseur de Catherine Diverrès, qui le poussera à aller plus loin dans la pratique de cet art.

    Après ses études de Danse à Montpellier, il travaille pendant ces deux années avec, entre autre, Claude Brumachon, Sylvie Girond, Larrio Ekson au sein de la formation EpseDanse. Il intègre en 2010 la Jam Art Company de Constantinos Tsakirelis basée à Athènes pour les créations L’Echo du Silence et 117 Eclisomata. Cette même année il participe à la création Entre Chiens et Loups de Salia Sanou et Anne-Marie Porras en ouverture du festival Montpellier Danse 2010. Il est aussi danseur pour la compagnie Astatic où il participe aux créations E-moi et Issue. En 2012, il devient danseur au sein de la compagnie Bissextille de Stéphane Fratti sur la création Mur Mur et rejoint la compagnie Etant Donné pour la création 2013 Les Noces.

    Durant cette année il participe à la création Au temps où les arabes dansaient de Radhouane El Meddeb ainsi que Ô mon frère ! de Christian et François Ben Aïm. En 2014 il participe à la création Miravella pour la compagnie ACT2/Catherine Dreyfus.

Marie Lévénez
Danseuse
Marie Lévénez
  • Marie Lévénez se forme aux danses académiques (néo-classique, contemporain) au Conservatoire de Versailles où elle obtient son diplôme d’études chorégraphiques (DEC). Sa première année sera marquée par le travail d’improvisation basé sur le travail de Pina Baush. C’est le début d’un grand intérêt pour la danse théâtre.

    Elle intègre la Compagnie junior le Marchepied à Lausanne. Elle a l’occasion de danser plusieurs pièces de chorégraphes Suisse et de se produire à l’étranger et régulièrement en espace public. En 2018 elle se produit pour les Quarts d’heures de Sévelin, avec la chorégraphe Judith Desse.

    Elle recherche, développe et enrichit sa gestuelle en participant à des workshops à l’étranger. Pendant deux ans, elle intègre la formation Cobosmika dont une année au sein de la compagnie junior de Peter Mika. A la suite de ce cursus, elle travaille dans la nouvelle pièce Geisha de Diego Sinniger Sala. Elle se découvre une passion pour les danses de clubbing, dont l’électro. Elle se lance alors dans les entraînements seule ou avec des danseurs.

    Elle intègre la compagnie dans le cadre de la création de FACÉTIES.

Paolo Locci
Circassien
Paolo Locci
  • Après une formation au cirque à l’école FLIC à Turin, puis à Bruxelles à Ecole Supérieure des Arts du Cirque, Paolo Locci se spécialise dans le mât chinois, et le «main à main».

    De retour à Turin, il devient professeur de mât chinois à l’école FLIC, et propose des workshops pour professionnels ou amateurs.

    En 2009, il crée sa compagnie Ibonobi tout en poursuivant un travail d’interprète au sein de plusieurs compagnies de cirque et de rue.

    Il rejoint la compagnie Christian et François Ben Aïm en 2010 pour la pièce L’Ogresse des archives et son chien (2011).

Grégoire Puren
Danseur, circassien
Grégoire Puren
  • Enfant de comédien, très vite confronté au public, il prend une voie complémentaire en entrant à l’école du cirque Annie Fratellini et au sein de l’école de théâtre le SAMOVAR à Paris.

    Ses premiers projets trouvent pour certains leur aboutissement dans la rue et en compagnie en appliquant les connaissances de ses diverses formations, telles que la commedia dell’arte, le clown, l’acrobatie, le mat chinois, le théâtre du mouvement avec Claire Heggen, Amy Atthab, Pina Blankevort, Franck Dinet, la Cie Malabar, Cie Rasposo, Cie Les Sangles.

    Dés lors, il s’ouvre à l’expression contemporaine et ne cessera d’explorer l’univers chorégraphique, en multipliant ateliers et stages auprès de Catherine Dubois, Jordi Vidal, Jackie Taffanel.

    Depuis 2010, il collabore avec Christian et François Ben Aïm pour les pièces L’Ogresse des archives et son chien (2011) et La Forêt ébouriffée (2013).

Anne-Flore de Rochambeau
Danseuse
Anne-Flore de Rochambeau
  • Suite à une formation artistique à Paris, New York et Montréal (UQAM, Bacc Danse 2012), Anne-Flore de Rochambeau développe sa pratique en tant qu’interprète et chorégraphe à Montréal. Sa recherche chorégraphique est vivement teintée par son Baccalauréat en mathématiques appliquées et sciences sociales et se focalise sur le développement d’une gestuelle sensible architecturant l’espace à l’image de nos comportements sociaux.

    En 2013, elle entame l’élaboration d’un triptyque chorégraphique inspiré de la dynamique des fluides, dont les différents volets sont présentés dans plusieurs festivals tels que Quartiers Danses et Zone Homa (Montréal), Accès Danse (Châteauguay), ainsi que Dance Matters (Toronto) et Auteurs de Troubles (France). En parallèle, elle développe Alt-shift avec la chorégraphe Liliane Moussa, un laboratoire de création développant des œuvres chorégraphiques in situ et immersive, ouverte à l’imprévisibilité, aux collaborations artistiques et à l’exploration de lieux de diffusion multiples. À l’heure où le spectacle performatif et provocateur est en effervescence, elle habite l’espace d’une esthétique épurée où les corps incarnent un langage organique et intuitif. Explorant l’intime relation entre l’individu et son environnement, elle développe une gestuelle reflétant les mécanismes inconscients qui caractérisent nos interactions.

    En 2015, une première rencontre a lieu avec Christian & François Ben Aïm à Cayenne autour de la création du duo Dévore-moi, il n’y a rien à craindre, commande de Touka Danse – CDC Guyane. Elle devient en 2018 la première interprète de la série des Instantanés.

Pierre-Emmanuel Sorignet
Danseur
Pierre-Emmanuel Sorignet
  • Sociologue, danseur et chorégraphe, Pierre-Emmanuel Sorignet est chercheur associé au laboratoire de sciences-sociales de l’Ecole Normale Supérieure et maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne. Son travail sociologique est essentiellement centré sur le métier de danseur. Il écrit plusieurs articles sur ce thème. La synthèse de ses travaux a été publiée dans un ouvrage paru en 2010, Danser, enquête dans les coulisses d’une vocation paru aux éditions La Découverte.

    C’est en 1993 qu’il débute son parcours d’interprète avec Philippe Glass, dans un opéra dansé chorégraphié par Birgitta Trommler (en Allemagne) puis avec la compagnie Silenda. Entre 2006 et 2010 il rejoint en tant qu’interprète le CCN de Caen Fattoumi-Lamoureux.

    Il collabore avec la compagnie Christian et François Ben Aïm pour une reprise de rôle dans Un homme en marche (1999), puis pour les créations de En plein cœur (2006), L’Ogresse des archives et son chien (2011) et pour plusieurs projets évènementiels. En 2013, il chorégraphie Un camion dans la tête.

Spartacus
Figurant
Spartacus
  • Après des études à l’Actors Studio de New York, Spartacus donne la réplique aux plus grands comédiens, sur les planches ou au cinéma. On le voit notamment dans les films Shining, C’est arrivé près de chez vous ou encore Titanic. C’est à l’occasion du tournage de Black Swan que le chorégraphe Benjamin Millepied le repère et lui propose un rôle dans son prochain ballet.

    Mais, lassé de faire des entrechats, Spartacus préfère rejoindre Christian et François Ben Aïm en 2011, à l’occasion de la création de L’Ogresse des archives et son chien. Cette pièce lui permet de mettre à profit ses talents admirables pour la danse contemporaine aussi bien que pour les arts du cirque. Très attaché à l’humain, Spartacus est également l’ami des techniciens, avec qui il sait travailler en parfaite harmonie. Aujourd’hui, il est directeur de sa propre compagnie, Godzilla Entertainment, basée à Montreuil (93).

Emilio Urbina – danseur
Danseur
Emilio Urbina
  • Emilio Urbina commence sa carrière de danseur à Madrid avec Carmen Werner (Provisional Danza) et participe aux différentes créations de la compagnie.

    Il intègre la formation du CNDC d’Angers (L’Esquisse) de 1992 à 1994 où il découvre, entre autres, le travail de Simon Mcbuney, Sankai Juku, Jose Limon, Block & Steel, Bernardo Montet, Dominique Bagouet. Parallèlement à ses études, il rejoint la Compagnie L’Esquisse/Bouvier Obadia au sein de laquelle il participe à la création de plusieurs pièces de Joëlle Bouvier comme interprète et assistant. Il a également travaillé avec Bernardo Montet (CCNRB), Aurelien Richard (Liminal), Sylvain Groud, Kubilaï Khan Investigation et Blok and Steel. Il crée, trois pièces en collaboration avec Rafael Pardillo au sein de leur compagnie Nod Dance Company et fait parti de The Plant Collective pour créer Double Take.

    Il travaille actuellement avec Fabrice Ramalingom (R.A.M.a.), Lionel Hoche, Panagiota Kallimani, Eric Oberdorff et Catherine Diverrès.

    Il intègre la compagnie dans le cadre de la création de FACÉTIES.

    Tout au long de sa carrière Emilio Urbina a enseigné au sein de différentes structures et ce dans plusieurs pays du monde.

Gill Viandier portrait
Danseur
Gill Viandier
  • Après un diplôme d’architecte obtenu en 1997, Gill Viandier choisit d’explorer la danse contemporaine, en se formant principalement aux CCN de Rennes avec Catherine Diverrès et de Montpellier avec Mathilde Monnier.

    En 1999, il rejoint la compagnie Jackie Taffanel. Depuis 2003, il collabore avec les compagnies de Michèle Murray, Didier Théron, Hélène Cathala, Emmanuelle Vo-Dinh, Georges Appaix, Christophe Haleb ou encore Philippe Saire. S’intéressant aux écritures plastiques et scéniques, il crée sa première scénographie théâtrale en 2007 et réalise des performances installation dans l’espace public avec le projet in-situ #Number#. Egalement musicien, il participe à des projets lyriques et improvisés dans l’Orgue de bois de Denis Tricot. Depuis 2009 il est installé à Berlin et travaille avec Willi Dorner, William Forsythe, Christoph Winkler, et aux Pays-Bas avec Hans Tuerlings.

    Il collabore avec Christian et François Ben Aïm dans les pièces L’Ogresse des archives et son chien (2011) et La Forêt ébouriffée (2013).

Collaborations musicales

Nicolas-deutsch-2x
Compositeur
Nicolas Deutsch
  • Diplômé du Conservatoire Lili et Nadia Boulanger, il se forme d’abord à la contrebasse. Plus tard, il fait sa formation au piano avec Michel Grailler puis avec Dave Holland. Multi-instrumentiste réputé aussi bien sur scène qu’en studio, il gagne ses galons de réalisateur auprès d’artistes comme Jean Guidoni, Julien Baer ou encore Olivier Libaux (Imbécile).

    Nicolas Deutsch compose, réalise et arrange pour la danse, le théâtre et l’audiovisuel, il distille guitares, piano, cordes et divers effets au service des mots, de l’image et des corps. Récemment, il a notamment créé des compositions musicales pour la Compagnie des prairies, Tes jambes nues Autrement en 2020, pour la série Ragnarok avec Rewind en 2019, pour l’exposition de Katherine Blanc à Londres en 2019 ou encore pour la Compagnie Zahrbat Sillons en 2015/2016. Il créé également pour Frankensusie d’Olivia Machon en 2017, compose Cassandre pour la série Cassandre sur France 3 en 2016, ou créé la bande sonore du film THUASNE en 2015. Enfin, en 2010 il créé pour Emmanuelle Laborit la musique d’Héritages et en 2008/2009 pour Philippe Découflé celle de Coeurs croisés.

    Il rejoint la compagnie pour la composition de la musique de la pièce FACÉTIES.

Piers Faccini
Auteur, interprète, compositeur
Piers Faccini
  • Piers Faccini est d’origine italienne, a grandi en Angleterre et habite aujourd’hui en France. Ces différentes facettes se retrouvent dans sa musique : pour accompagner ses chansons qui naviguent entre folk et blues, il chante en anglais, en français, dans des dialectes italiens. Ses compositions ont des airs de carnets de voyage, à la fois tournées vers soi et vers l’extérieur. On retrouve cette caractéristique dans I dreamed an island, un opus publié en 2016.

    Toujours loin des modes et hors du temps, Piers Faccini est aussi à l’aise dans une complainte napolitaine du XVIIIe siècle que dans un blues de La Nouvelle-Orléans où un folk mélancolique, collaborant avec des artistes aussi divers que Vincent Ségal, Dawn Landes, Rokia Traoré, Ben Harper, Ballaké Sissoko, Camille ou bien encore Ibrahim Maalouf.

    Le songwriter italo-britannique est surtout le citoyen de son propre imaginaire.

    En 2019, Piers Faccini créé Arise avec Christian et François Ben Aïm à la Sainte-Chapelle de Paris. Il y développe une musique sobre et envoûtante, mêlant balades guitare-voix, piano, orgue, cordes ou instruments à vent. Teintée d’une tonalité radieuse qui comporte toutefois sa part d’ombre, elle trouve un écho dans le sacré, la mansuétude. Sa voix est son instrument de prédilection. Elle accompagne la pièce par sa couleur et sa simplicité.

Bruno Ferrier
Musicien, chanteur
Bruno Ferrier
  • Percussionniste, poly-instrumentiste et chanteur, Bruno Ferrier débute par un apprentissage des percussions : il apprend la batterie, les tablas avec le maître indien Rashmi Batt, et la percussion africaine au cours de stages avec Mama Kouyaté.

    En 1998, il entre à l’école Pro musica, pour une formation de 2 ans en chant classique, et se forme en parallèle au chant jazz, au cours de stages avec Michelle Hendricks, Thierry Péala ou encore André Minvielle. Il explore en autodidacte le chant polyphonique et poursuit son apprentissage du chant jazz vocal et de l’improvisation à l’Institution Art Culture Perception de Paris. Suite à cette formation, Bruno Ferrier n’aura de cesse d’ouvrir sa pratique à des univers hétéroclites. Entre 1991 et 2008, il collabore en tant que chanteur à la réalisation de plusieurs albums et aux tournées de groupes aux formations worldjazz, rock, ou oriental : il reprend avec le Boogie Night Orchestra des standards de jazz accompagnés par un contrebassiste ; il est chanteur sur l’album Kalashnik Love du groupe Speed Caravan, formation mêlant rock, musique arabo-andalouse, chaâbi et musique électronique ; il collabore avec Pososhok, groupe mêlant les sonorités sud-africaines à celles du reste de l’Afrique ; sur l’album Ping Kong avec le groupe DuOud, c’est accompagné du luth oriental, le oud, qu’il se lance dans d’étonnantes improvisations vocales.

    En 2010, il rencontre Christian et François Ben Aïm et collabore en tant que chanteur et percussionniste à la pièce L’ogresse des archives et son chien (2011), puis La légèreté des tempêtes (2014).

Lili Gautier
Violoncelliste
Lili Gautier
  • Lili Gautier commence très tôt le violoncelle à Valence et va rapidement sentir l’envie de communiquer au travers de cet instrument chaleureux si proche de la voix humaine. Après cinq années d’étude au Conservatoire National de Lyon, elle poursuit sa formation pendant quatre ans auprès de Lluis Claret, qu’elle suit à la Scola Musica de Barcelone, et au CNR de Toulouse entre 1994 et 1997.

    Cet outil qu’est le violoncelle avec toutes ses possibilités, lui sert à aborder un répertoire très large sans restriction. Au cours de son parcours, elle est interprète dans plusieurs formations orchestrales : l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre National du Capitole à Toulouse, l’Orchestre National Bayonne Côte Basque et l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine.

    Elle est également violoncelle solo depuis 2007 dans l’Ensemble Orchestral de Bordeaux. A l’international, elle est co-soliste en 2008 et 2009 à l’Opéra Royal de Stockolm. Titulaire d’un diplôme d’Etat depuis 1997, elle se partage à présent entre la pédagogie et le métier d’interprète en temps que soliste, chambriste ou au sein de formations orchestrales.

    Elle rejoint la compagnie de Christian et François Ben Aïm en 2014 pour leur pièce La légèreté des tempêtes.

Philippe Le Goff
Compositeur, artiste sonore
Philippe Le Goff
  • Directeur Général et artistique de Césaré – Centre national de création musicale à Reims, Philippe Le Goff est également enseignant à l’ESAD à Reims (Ecole Supérieure d’Art et de Design) et à L’INALCO à Paris (Institut National des Langues et Civilisations Orientales).

    Son parcours de compositeur et d’artiste sonore est indissociable de son histoire avec le Grand Nord, terre de prédilection qu’il parcourt régulièrement depuis plus de 20 ans. Son travail, depuis longtemps habité par la voix et le paysage sonore, s’est constamment alimenté à la source d’une réflexion sur l’oralité et le langage, qui pose la question permanente de la mise en contexte et le souci de la transmission. Il développe depuis 2002 un cycle intitulé «Nature Blues», regard en miroir de l’homme et de la nature, qui est conséquent de cette démarche.

    En 2012 il compose une création musicale pour L’orée des visages, projet commun de Christian et François Ben Aïm avec la compagnie Pseudonymo.

Olivier Lété
Bassiste
Olivier Lété
  • Olivier Lété commence la basse électrique en autodidacte à 16 ans puis s’engage dans des études de contrebasse classique au conservatoire de Nîmes, où il obtient une médaille de vermeil en 2001.

    L’année suivante, à 23 ans, il est engagé dans l’Orchestre National de Jazz à l’appel de Claude Barthélémy. Il fait petit à petit le choix artistique de se consacrer exclusivement à la basse électrique. Sa première expérience en tant que leader et compositeur fut la création en 2003 de 500mg. En 2005, Maxime Delpierre l’invite à rejoindre Le Collectif Slang. 
La même année, il crée avec Philippe Lemoine et Eric Groleau leur trio Le Maigre Feu de la Nonne en Hiver et enregistre le disque éponyme.

    La musique du groupe se poursuit aujourd’hui avec Mélodramatic French Songs, un programme instrumental se réappropriant des chansons françaises. Au théâtre, en 2007, Olivier Lété travaille avec Emmanuelle Laborit et le Hall de la Chanson pour composer avec Christian Lété et Claude Barthélémy la musique de L’inouïe Music Hall. Il porte un intérêt aux échanges texte musique qu’il partage avec Dominique Pifarély et collabore à plusieurs projets : Après la Révolution (2008), puis Indiens Nouveaux (2009). Entre 2009 et 2012, il est le bassiste de Louis Sclavis dans Lost on the Way et joue également avec Michel Godard dans A Trace of Grace. Depuis 2012, il participe à La face Cachée de la Lune, spectacle de Thierry Balasse qui reproduit intégralement l’album mythique des Pink Floyd, The Dark Side of the Moon. Olivier Lété se produit en solo dans son projet TUNING.

    Il est également le complice de nombreux artistes tels que :
 Vincent Courtois, Emmanuel Scarpa, Philippe Lemoine, Olivier Benoît, Christian Lété, Jean Luc Landsweerdt, Antoine Berjeaut, Thomas De Pourquery, Antonin Leymarie, Julien Padovani, Didier Ashour…

    Il rejoint la compagnie autour de la création de la pièce Peuplé, Dépeuplé.

Ibrahim Maalouf
Compositeur Interprète
Ibrahim Maalouf
  • En 2014, Ibrahim Maalouf reçoit pour son album Illusions une Victoire de la musique dans la catégorie Meilleur album de musiques du monde et le grand prix Sacem dans la catégorie jazz. C’est la première fois en 29 ans que les Victoires de la musique récompensent un projet uniquement instrumental et c’est une révélation pour le grand public qui ne connaissait d’Ibrahim que ses collaborations (Amadou et Mariam, Vincent Delerm, Sting, Matthieu Chédid, Salif Keita, Lhasa de Sela) pour n’en citer que quelques unes. L’année 2014 fut une année de récompenses à plusieurs titres.

    Au-delà de la Victoire de la musique, le Ministère de la Culture et de la Communication a nommé Ibrahim Maalouf Chevalier de l’ordre des arts et des lettres. Fin 2014, Ibrahim Maalouf a reçu le Grand Prix Sacem dans la catégorie Grand Prix du Jazz. Et, en novembre 2014, Ibrahim Maalouf a eu l’honneur de présider le comité d’experts de la 1ère édition du Prix Culture pour la Paix, mis en place par La fondation Chirac et la Fondation Culture & Diversité. La même année, il réalise enfin deux rêves : composer pour le cinéma avec la Bande originale de Yves Saint-Laurent réalisé par Jalil Lespert, et celle de La Crème de la Crème réalisé par Kim Chapiron, mais aussi composer et réaliser les albums d’autres artistes, Funambule pour Grand Corps Malade et Something came with the sun pour Isabel Sörling. Ibrahim s’est produit dans un Olympia à guichet fermé et dans tous les grands festivals de jazz, tout en s’installant en tête des ventes d’albums de jazz en France.

    En 2017, par son alliance d’énergies contraires, sa musique entre en résonance avec le questionnement de l’insoumission de Christian et François Ben Aïm dans Brûlent, nos cœurs insoumis. Les compositions d’Ibrahim Maalouf procèdent par strates de différentes lignes temporelles comme des strates de rêves, de souvenirs, d’atmosphères qui glissent de fil en aiguille. La musique oscille ainsi entre des énergies et des couleurs multiples. Comme la danse des frères Ben Aïm, elle cherche à suggérer, à troubler plutôt qu’à exposer de façon univoque.

portrait-Thomas-Lavoine-pianiste
Chef de chant, pianiste indépendant
Thomas Lavoine
  • Formé, entre autres, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse, Thomas Lavoine, pianiste français oscillant entre Paris et Berlin, interprète, compose, improvise, guidé par une envie de partage de la musique et une ambition d’excellence.
    Élève de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel et de Thierry Escaich, il est rompu à l’exercice d’accompagnement chorégraphique et d’écriture/composition.

    Pour la compagnie, il a joué un rôle de coordination, avec des musiciens (Quatuor Voce) et danseurs (Compagnie Ben Aïm), pour la partition/les techniciens/la chorégraphie, autour de la pièce Brûlent nos cœurs insoumis, sur une musique d’ Ibrahim Maalouf.

Pianiste, compositeur, explorateur d’univers musicaux
Jean-Marie Machado
  • Musicien de formation classique, habité par l’esprit de l’improvisation et de la création, avide de rencontres, Jean-Marie Machado a fait preuve d’un goût marqué pour des formations orchestrales peu communes. Il a développé une écriture originale, parfois savante mais toujours guidée par un souci de lyrisme. Il aime à se définir comme compositeur d’aujourd’hui préoccupé d’horizons divers, d’ouverture et d’échanges.

    Dans ses différents projets, on peut ressentir la multiplicité de son héritage culturel : né au Maroc, d’une mère italienne et espagnole et d’un père portugais, il étudie le piano auprès de la grande concertiste Catherine Collard. Il découvre ensuite le jazz et l’improvisation et joue aux côtés des plus grands jazzmen européens et américains (Dave Liebman, Andy Sheppard, Paolo Fresu) et partage les musiques traditionnelles et du monde avec le grand percussionniste brésilien, Nana Vasconcelos.

    Jean-Marie Machado fonde en 2007 l’Orchestre Danzas qui depuis plusieurs années présente différents programmes, à ce jour 5 : l’Amour Sorcier, Pictures for Orchestra, la Fête à Boby, Lagrima Latina, Fiesta nocturna. Parallèlement, il joue en duo avec l’accordéoniste Didier Ithursarry (Palmarès live du Bureau Export 2017-2018), il crée un orchestre de percussions (Impulse Songs), une pièce pour orchestre symphonique L’esprit de l’eau (création avec l’ONDIF en septembre 2017 au Centre des Bords de Marne) et un projet de piano solo avec une sculpture sonore créée par Alain Français (Immersons). Compositeur associé au CdbM, il y fait la rencontre de Christian et François Ben Aïm, point de départ de l’aventure performative Vibrations.

Batteur interprète, compositeur
Christophe Marguet
  • Né en 1965, il étudie avec Jacques Bonnardel, Michel Sardaby, Keith Copeland, suit des stages avec Kenny Barron, David Liebman, Richie Beirach et John Abercrombie et bien d’autres.

    Il a par la suite joué avec de nombreux musiciens dont entre autres Barney Wilen, Joe Lovano, Henri Texier, Joachim Kühn, Kenny Wheeler, Michel Portal, Géraldine Laurent, Andy Sheppard, Louis Sclavis, Steve Swallow, Enrico Rava.

    En 1993, il fonde son propre trio avec Sébastien Texier et Olivier Sens. Il s’est produit dans la plupart des grands festivals de Jazz en France et en Europe et a joué dans de nombreux pays à l’étranger. Il a également participé à l’enregistrement de musique de films pour Bertrand Tavernier. Batteur marqué par la tradition du jazz tout en ayant voulu et réussi à s’en affranchir, Christophe Marguet a effectué un trajet de musicien rare et cohérent, parvenant à évoluer sans rupture de son intérêt premier pour le be-bop jusqu’à la musique improvisée.

    Reconnu comme un batteur coloriste, il s’est affirmé comme compositeur et leader clairvoyant, attentif à l’espace et au silence, participant d’une nouvelle génération de jazzmen français qui interrogent les vertus de l’improvisation et les rapports que celle-ci peut entretenir avec l’écriture.

    Il rejoint Christian et François Ben Aïm et Jean-Marie Machado autour de l’aventure performative Vibrations.

Jean-Baptiste Sabiani
Compositeur
Jean-Baptiste Sabiani
  • Après une formation au CIM (Centre d’Information Musicale), Ecole de jazz et de musiques actuelles, Jean-Baptiste Sabiani suit une formation de cinq ans à l’American School of Modern Music de Paris, de 1990 à 1995, avec le piano comme spécialisation.

    Au cours de sa carrière, il a réalisé des compositions, arrangements et enregistrements dans les domaines du jazz, du théâtre et du cinéma. Jusqu’en 1998, il pratique la composition et l’arrangement en jazz tout en se consacrant à l’accompagnement d’artistes de la nouvelle chanson française (Mathieu Boogaerts, Dani, Alain Chamfort…). En 1998, il se forme à la composition et à l’orchestration classique. En 2009 il collabore avec la chorégraphe Julie Trouverie pour les créations musicales de ses pièces Mysterious skin et Au loup ! Conte de jeunes filles en brume.

    C’est à l’occasion de cette première entrée dans la création chorégraphique qu’il rencontre Christian et François Ben Aïm, et compose la musique de leur pièce Résistance au droit (2010). Par la suite, il compose et/ou arrange les créations musicales des pièces Valse en trois temps (2010), L’ogresse des archives et son chien (2011), La forêt ébouriffée (2013), Karma (2013).

    En 2014, pour La légèreté des tempêtes, les chorégraphes lui commandent la création musicale en amont des répétitions. Cette démarche lui offre la possibilité de laisser libre cours à toute son imagination et de s’emparer pleinement de la thématique.

    Au théâtre, il fait la composition, les enregistrements et les arrangements du spectacle Adèle a ses raisons puis Dis leur que la vérité est belle de Jacques Hadjaj. Dans le domaine cinématographique, il compose, enregistre et fait les arrangements du film La Troisième partie du monde d’Eric Forestier (2009, fiction), Les Bonobos d’Alain Tixier (2010, fiction), La Révélation des pyramides de Patrice Pouillard (2011, fiction), compose les musiques additionnelles du film Zim & code de Pierre Jolivet (2005, fiction), et les créations musicales de plusieurs courts-métrages.

Emmanuel Scarpa
Batteur
Emmanuel Scarpa
  • Emmanuel Scarpa, batteur et compositeur, a commencé par jouer de la batterie dans un groupe de punk-rock de manière autodidacte.

    Son parcours est marqué par des études d’écriture classique (médailles d’or en harmonie, contrepoint et fugue), complétées par une pratique assidue de l’improvisation dans les contextes les plus variés, qui le pousse à multiplier les rencontres musicales et interdisciplinaires. Batterie, composition et improvisation sont devenues des pratiques inséparables qui depuis vingt ans l’ont aidé à se réaliser dans ses propres projets tels que Umlaut, Les Métamorphoses, Umlaut Double Trio, Dual Ritual et Invisible Worlds. Sollicité par François Raulin, Marc Ducret et Ellery Eskelin, Emmanuel Scarpa joue actuellement avec les groupes Marteau Matraque, SkullTone, Radiation 10, L’Ensemble Op.Cit, La Forge et 21.

    Certaines de ses compositions ont été commandées par des institutions ou des ensembles comme le Quatuor Béla, Radio France, L’Ensemble Op.Cit et le Ministère de la Culture.

    Il rejoint la compagnie autour de la création de la pièce Peuplé, Dépeuplé.

Malik Soarès
Musicien, chanteur
Malik Soarès
  • Compositeur, interprète, Malik Soarès a commencé la musique en autodidacte. Il entre dans l’univers du théâtre et de la danse en 2003, avec l’auteur et metteur en scène Lilian Lloyd.

    Il mène un travail de composition et d’interprétation avec le chorégraphe Hamid Ben Mahi à l’occasion de différentes manifestations et le poursuit avec les compagnies de théâtre Solentiname et L’oeil brun. C’est en 2007 qu’il débute sa collaboration avec les chorégraphes Christian et François Ben Aïm pour le spectacle You’re a bird now ! et participe depuis à des évènements ponctuels de la compagnie.

    Il crée en 2011 sa première création musicale Ce(ux) que nous sommes…, réunissant différentes disciplines artistiques autour des questions de l’exclusion et du devenir. Il prépare pour la saison 2013-2014 son premier album, avec son groupe Red Castle.

Mathilde Sternat
Violoncelliste
Mathilde Sternat
  • Premier Prix de violoncelle et de musique de chambre au CNSMDP, Mathilde Sternat termine ses études par un cycle de formation supérieure en musique de chambre.

    Invitée comme violoncelle solo à l’orchestre symphonique de Montpellier et des Concerts Pasdeloup, elle participe également à de nombreux concerts avec l’orchestre de chambre de Salzbourg. Musicienne éclectique, elle accompagne en parrallèle des artistes de variétés sur scène (Bruel, Elodie Frégé, Nolwen Leroy, Voulzy…) et participe aux enregistrements de leurs albums. En 2004, Mathilde Sternat fonde avec Anne Gravoin le Travelling Quartet dans lequel les quatre musiciens de formation classique revisitent le répertoire des Beatles.

    Elle rejoint Christian et François Ben Aïm en 2010 pour la pièce L’Ogresse des archives et son chien (2011) puis pour leur création 2014 La légèreté des tempêtes.

goeffroy-tamisier-trompétiste
Trompettiste, arrangeur, compositeur
Geoffroy Tamisier
  • Geoffroy Tamisier est un des trompettistes les plus capés de l’hexagone, doté d’un son et d’un phrasé digne des plus grands. Il est né en France à Nantes en 1973.

    Après ses études au Conservatoire de Nantes (prix de cornet, trompette, formation musicale, musique de chambre, ainsi que le diplôme d’écriture), il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, et reçoit en 1997 un Premier prix à l’unanimité dans la classe de jazz de François Jeanneau. Cette même année, au Concours national de jazz de La Défense, il obtient le prix de composition pour son travail avec le Jazzophone Quartet. Il fonde son propre groupe l’année suivante, OLH Acoustic, que le Concours de La Défense puis le Tremplin Jazz d’Avignon récompensent, et qui enregistre Une vie sans lune (2000) et G Meets K – avec Kenny Wheeler – (2002) pour le label Yolk . Trompettiste mais aussi compositeur et arrangeur, Geoffroy Tamisier collabore pendant plus de 15 ans avec Mukta (albums Jade, Dancing on one’s hands, Indian Sitar and World Jazz sur WEA). Il fait partie de l’Orchestre National de Jazz de Claude Barthélémy de 2002 à 2004.

    Il fonde ensuite son trio avec Alexis Thérain (guitare) et Frédéric Chiffoleau (contrebasse). Ils enregistrent Au bonheur des anges (2005) chez Yolk. Depuis, il joue et enregistre avec « Jazzarium » de Guillaume Saint James ; « Diagonal » de Jean-Christophe Cholet ; « Le Gros Cube » d’Alban Darche ; Chel ; « Bivouac 4 étoiles » ; le « Brass Dance Orchestra » (avec François Thuillier, Jean-Louis Pommier et Didier Ithursarry); avec Jacques Pellen, Didier Squiban, Baptiste Trotignon, Gueorgui Kornazov et Manu Codjia… Il fonde en 2014 son nouveau groupe : « Lagrimas Azules » avec Laurent Jaulin (guitare flamenca), Didier Ithursarry (accordéon) et Rachel Guaiguant (danse et palmas).

    Parallèlement , il réalise de nombreuses commandes pour orchestre (l’Orchestre des Equipages de la Flotte de Brest, les harmonies de Laval, de Meslay du maine, de Bonchamps, d’Evron, d’Orthez, la Philar de Nantes, l’Orchestre Symphonique de Bretagne, etc.).

    C’est avec la pièce Brûlent nos cœurs insoumis qu’il rejoint Christian et François Ben Aïm en 2017.

Collaborations artistiques

camille-aoit-allouache-page-equipe.jpg
Créatrice costumes
Camille Ait Allouache
  • Bio à venir.

clemence-beauxis-page-equipe.jpg
Comédienne
Clémence Beauxis
  • Bio à venir.

Patrick-berger-page-equipe.webp
Photographe
Patrick Berger
  • Bio à venir.

Dulcie Best
Créatrice costumes
Dulcie Best
  • Formée au Welsh College of Music and Drama, Dulcie Best travaille comme créatrice costumière et plasticienne depuis 1990. Elle conçoit les costumes de spectacles internationaux comme les cérémonies d’ouvertures de l’Euro 2008 de football ou les jeux paralympiques en 2004 à Athènes. En parallèle de ces grands événements, elle entretient sa passion créatrice en travaillant pour le spectacle vivant. Depuis sa rencontre en 2006 avec Christian et François Ben Aïm, lors d’un événement chorégraphié pour 35 artistes, elle conçoit et réalise les costumes de leurs pièces Louves (2008), L’ogresse des archives et son chien (2011), La Forêt ébouriffée (2013) et La légèreté des tempêtes (2014). dulciebest.com

Shaula Cambazzu
Danseuse chorégraphe
Shaula Cambazzu
  • Danseuse contemporaine, chorégraphe, performeuse, professeur de danse contemporaine, assistante à la mise en scène, Shaula Cambazzu se forme en Italie à la danse classique, moderne, contemporaine et au théâtre. En 1993, elle rejoint la compagnie Charleroi/Danses de Frédéric Flamand avec qui elle danse jusqu’en en 1998 pour ensuite rejoindre la compagnie Thorde Thierry Smits jusqu’en 2003. Depuis, elle crée ses propres chorégraphies avec la Cie Ars Extremis à Bruxelles et la Cie Artistique Théâtre à Paris, et participe à divers projets artistiques en collaboration avec plusieurs chorégraphes, metteurs en scène et musiciens en Belgique, en France et au Québec (Ciro Carcatella, Karine Ledoyen, Patricia Hontoir, Jan Fabre, Filip Szatarski, Jan Rzewski…). Depuis 2007, elle est aussi engagée auprès d’un très jeune public, notamment en collaboration avec le Théâtre de la Guimbarde et dans la création de spectacles et d’ateliers pensés et créés spécifiquement pour les tout-petits. C’est en 2012 qu’elle rejoint la compagnie de Christian et François Ben Aïm pour mener des ateliers de création chorégraphique autour de leurs créations.

Corinne Chachay
Danseuse chorégraphe
Corinne Chachay
  • Formée à la danse contemporaine en Suisse puis à Paris, Corinne Chachay entame sa carrière dans le spectacle vivant à l’âge de 20 ans. Elle danse dans le spectacle d’ouverture et de clôture des JO d’Albertville Cie Ph. Découflé et danse dans des créations de la Cie Bill T. Jones, Cie P. Pauwels, Cie Ch. Gérard, Cie A. Dreyfus. Au fil des rencontres, elle s’initie à d’autres pratiques corporelles telles que le travail de l’improvisation et de la composition instantanée avec J. Hamilton, de la danse voltige avec la Cie les Passagers, et de celui du clown (M. Dallaire et F. Pillon), ce qui la conduit vers des spectacles éclectiques : Opéra Rock Starmania, Opéra Tannhaüser mis en scène par O. Py, Notre Dame de Paris de L. Plamendon et R. Cocciante, Déliriumdu Cirque du Soleil. Elle est chorégraphe auprès de chanteurs, comédiens et danseurs et artistes de cirque sur le projet Dol’Trio au Théâtre du Châtelet, Le tour du monde en 80 jours de la Cie Le CREA, La boutique de l’Orfèvre de la Cie Alliance, Le jeu qui nait de la Cie Extensy. Titulaire du Diplôme d’Etat et du Certificat d’Aptitude de professeur de danse Contemporaine, elle développe une pédagogie qui s’adapte à différents publics. Par ailleurs elle s’est formée en pédagogie perceptive, une pratique élaborée par Danis Bois qui éveille la conscience corporelle dans le mouvement, et qui est le support de sa démarche d’accompagnement personnalisé. Interprète en 1998 dans la pièce L’enfant du miroir de Christian et François Ben Aïm, elle mène depuis 2012 des ateliers de création chorégraphique autour des représentations de la compagnie.

Camille Duchemin
Scénographe
Camille Duchemin
  • Diplômée en Scénographie en 1999, à L’Ecole Nationale Supérieur des Arts Décoratifs de Paris, Camille Duchemin devient auditeur libre pendant un an au Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris au cours d’interprétation de Jacques Lassale en 1999-2000. Depuis 1999, elle crée des scénographies pour le Théâtre (Arnaud Meunier, Justine Heyneman, Pauline Bayle, Le Birgit Ensemble, Côme de Bellescize, Anne Barbot, Johanna Boyé…), la Danse (Hamid Ben Mehi, Christian et François Ben Aïm, Kader Attou…), l’Opéra (Matrimonio Segreto de Christophe Gayral à l’Opéra National du Rhin, Majnun et Leila de Armand Amar…) et la Musique (Christine and the queen…). Camille continue à completer sa vision artistique et scénique en créant les lumières de nombreux spectacles et pièces de théâtre dont elle assure la scénographie. Ce travail sur la lumière est aujourd’hui partie intégrante de sa volonté d’accompagner avec un spectre le plus large possible les metteurs en scène avec lesquels elle travaille. Depuis 2009, Elle travaille également comme scénographe d’exposition (Radio France, Grotte Chauvet, la Cinémathèque Française, La BNF, le Grand Palais). Depuis 2016, elle accompagne chaque année la section Mise en Scène du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris pour une cession « Ecriture scénique et scénographie »

jessica-fouche-collaborateur
Assistante chorégraphique
Jessica Fouché
  • > Accompagnement et collaboration artistique
    > Regard extérieur, dramaturgie, répétitrice
    > Coordination artistique et/ou générale – équipe de 5 à 300 personnes
    > Interface Artistique-Production-Technique
    > Logistique de création et de tournée – en lien ou à la place du chargé de production
    > Relations aux professionnels, institutionnels et presse

    DANSE

    > Cie CFB 451 – Christian et François Ben Aïm / 2014-2021
    > Cie Rualité / Opéra de Paris – Bintou Dembélé (M.e.s Clément Cogitore) : Opéra-Ballet Les Indes Galantes / 2018-2019
    > Cie Adéquate – Lucie Augeai & David Gernez / 2013-2019
    > Cie DCA – Philippe Decouflé / 2008-2010
    > Crazy Horse (Paris) – Désirs – Ph. Decouflé / 2009 (show permanent)
    > Cie Mille Plateaux Associés – Geisha Fontaine et Pierre Cottreau / 2008

    DANSE-THÉÂTRE
    > Cie Toujours Après Minuit – Brigitte Seth, Roser Montlló Guberna / 2013-2021

    FORMES ÉVÈNEMENTIELLES
    > Cube – Futuroscope (show permanent) / 2015
    > Cie Chicos Mambos – Philippe Lafeuille / 2016-2019

    GRANDS FORMATS (musique, danse, cirque, théâtre, art numérique)
    > Festival Villes et Musiques du Monde (93) : Commandes Grands Formats Opéra / 2012-2014
    > Cercle Aldébaran – Laurent Gachet : Commandes de créations grand format In situ (friches industrielles, tours en verre) et déambulatoires pour groupes industriels et collectivités publiques / 2011-2020

    CIRQUE
    > Karacena, Biennale des Arts du Cirque (Salé, Maroc) – Laurent Gachet / 2010
    4 créations – 10.000 spectateurs
    300 personnes : 100 professionnels, 50 apprentis cirque, 100 amateurs, 50 bénévoles
    > Académie Fratellini – Dédale – Laurent Gachet / 2007

    THÉÂTRE MUSICAL
    > Compagnie Etincelles – Vanessa Sanchez / 2012-2021 (chorégraphe)
    > Cie Rassegna – Bruno Allary – Contretemps (concert littéraire) / 2018
    > LLO Productions – Société de production de spectacles / 2005-2019

Pierre Galais
Régisseur lumières
Pierre Galais
  • Formé au CFPTS (Bagnolet) en régie lumières, après un diplôme d’études théâtrales à Paris 3-Censier, Pierre Galais collabore 10 ans avec Serge de Laubier, électro-acousticien des Studios Puce Muse (direction technique et création lumières). Depuis, il réalise les créations lumière et/ou vidéo pour plusieurs compagnies : en musique avec Juliet et Moi, Pense-Bete et dans plusieurs opérettes ; en danse avec les compagnies Retouramont (régie générale et création lumières, vidéo), Antoine Le Ménestrel, Merlin Nyakam et Isabelle Magnin ; en théâtre avec Josanne Rousseau, Odile Roire et Jade Duviquet. Il assure également les régies générales, lumières et/ou son de plusieurs compagnies. Depuis 2012, il collabore avec la compagnie de Christian et François Ben Aïm pour la régie générale (en alternance) de Valse en trois temps (2010).

Maud Heintz-2x
Créatrice costumes
Maud Heintz
  • Depuis une quinzaine d’années, Maud Heintz alterne entre création, confection et habillement afin de jouer de la diversité de son activité. Diplômée des Métiers d’Arts spécialisée en costumes historiques et contemporains sur mesures, elle travaille entre autres pour les danseurs du CNSM de Paris, la compagnie Paco Decinà, celle de Juliette Deschamps, l’Opera Royal de Versailles, le Théâtre du Châtelet, le Cabaret Bobin’O, l’Opera Comique, ou encore le Cirque Invisible. Sa rencontre avec la famille Thierrée a été déterminante dans son approche à la création; de cette collaboration avec Victoria Chaplin, une véritable révélation artistique est née. Par ailleurs, Maud Heintz travaille ponctuellement sur des tournages de cinéma, notamment pour les films Taken, Sherlock Holmes II, Jappeloup, A cause des filles, The 355… mais aussi en muséographie avec La Cinémathèque Française, Jean Baptiste Thiérrée, Carmen Lucini, et la direction du patrimoine Chanel. La pluralité de ses sources d’inspirations est un enjeu fondamental afin d’offrir quelques signes, quelques pistes, de la matière à rêver.

Régie générale et plateau
Stéphane Holvêque
  • Diplômé du CFPTS de Bagnolet en 2011, en formation de régisseur de spectacle vivant option plateau, Stéphane fait ses débuts avec la compagnie du Théâtre du rivage de Pascale-Danielle Lacombe, avec les spectacles Mongol et Comme du sable, dont il assure la régie plateau.

    Il rencontre au Théâtre de la cité internationale la scénographe Nadia Lauro, qui le fera entrer dans le milieu de la danse contemporaine, en tournée avec Baron Samedi d’Allain Buffard, et Adieu et merci de Latifa Laâbissi.

    Depuis 2013 il travaille sur les créations de l’ARCAL (compagnie nationale de création lyrique), dont il assure depuis 2018 la direction technique.

    Il collabore avec la compagnie Christian & François Ben Aïm depuis 2019, assurant la régie générale de Brûlent nos coeurs insoumis, de L’Ogresse des archives et son chien, ainsi que de FACÉTIES.

Photo-Bryan-Jean-Baptiste.jpg
Régie lumière
Bryan Jean-Baptiste
  • Bryan est régisseur lumière depuis 2011 pour le Café de la danse à Bastille et pour l’espace 1789 à Saint-Ouen.

    Il a travaillé avec plusieurs compagnies de théâtre, lors de concerts ainsi que de one man show et représentations de danse.

    Bryan a rejoint la compagnie en 2019, notamment pour les tournées de la pièce Mirages – Les âmes boréales.

Jean-marc-lanoe-regisseur-general.jpg
Régisseur Général
Jean-Marc Lanoë
  • Jean-Marc collabore depuis plusieurs années avec la compagnie Adrien M & Claire B sur des installations à la croisée des arts numériques et des arts vivants.

    Il assure également en partie la régie générale des spectacles vivants au Centre Pompidou dont la programmation fait la part belle à la danse contemporaine.

    Il a officié dans divers autres lieux tels que le Théâtre National de Chaillot, le Théâtre de Châtillon ou encore le Centre Culturel Français de Ouagadougou.

    Jean-Marc a rejoint la compagnie en 2018, notamment pour la tournée du spectacle Mirages – Les âmes boréales.

Créatrice costumes, artiste plasticienne
Anne Laval
  • Née en 1975, diplômée de l’Ecole Duperré puis créatrice de costumes pendant plusieurs années, elle a décidé à trente ans de développer un travail de plasticienne, réunissant ses savoirs au service d’un choix : celui de s’exprimer principalement à travers la sculpture.

    Depuis lors, elle expérimente et développe un travail de sculpture, dessin, gravure et vidéo, ses créations formant une démarche plastique cohérente.

Hervé Le Dorlot
Régisseur son
Hervé Le Dorlot
  • Hervé Le Dorlot est originaire de Vannes dans le Morbihan. Il répartit son activité entre la musique, la régie son et la régie générale. Il a été guitariste dans diverses formations rock (dont le rennais Dominic Sonic), puis compositeur et arrangeur auprès de Bertrand Betsch. Actuellement en tournée avec le projet [e.pok] du chanteur Ignatus. Il conçoit l’ambiance sonore de pièces de danse et théâtre (en 2017, Berlin 33 par René Loyon) et compose des musiques à l’image (en 2017, L’Exilé du Temps d’Isabelle Putod). Il sonorise de nombreux concerts et événements dans différents hauts lieux de la culture parisienne (Musée d’Orsay, Musée du Quai Branly, Centre G. Pompidou, la Bibliothèque Nationale de France). Il est également régisseur général (Musée d’Orsay, théâtre de Châtillon, Ircam, Les Rencontres Internationales de l’Aria en Corse).

Vidéaste, artiste visuel
Guillaume Marmin
  • Formé à l’Université Lyon II et à l’ARFIS, Guillaume Marmin conçoit des dispositifs audiovisuels. Son travail s’inscrit dans un renouveau de la création visuelle en s’affranchissant des formes classiques de narration et des supports scéniques traditionnels. Influencé par des réalisateurs expérimentaux comme Len Lye ou Stan Brakhage, Guillaume Marmin est à la recherche d’un langage commun entre images et sons, un alphabet synesthésique fait de rythmes, de contrastes et de figures épurées en mouvement. Dans le souci d’offrir des supports inédits à ce nouveau langage, Guillaume Marmin s’applique à oublier l’écran pour expérimenter sur tout type de surfaces : mapping sur sculptures 3D et bâtiments, projection sur photographies et sérigraphies, corps en mouvement ou fumée… Ses oeuvres immersives et ses installations dans l’espace public sont l’occasion de collaborer avec architectes, scénographes, musiciens et éclairagistes.
    En coordonnant des jeux de lumière qui évoquent les radiations et le magnétisme, avec les bruits discrets et les signaux (clics, craquements, claquements, vibrations), il crée un univers où la pureté abstraite s’associe à une géométrie génératrice d’images à la fois complexes et fondamentales. Ses oeuvres donnent ainsi corps à l’intangible, nous faisant fugitivement toucher du doigt la beauté de l’invisible et le fondement mathématique de la réalité.

    Malgré l’usage d’outils apparaissant comme technologiquement avancés et l’intervention de médias numériques, son travail laisse transparaître une volonté de ne pas évacuer le réel. Qu’il s’agisse de la terre (Around the island), des phénomènes climatiques (Après-nous le déluge), de l’architecture (Raster), ou de l’histoire de la physique et de ses paradigmes (Timée), Guillaume Marmin illustre toute l’ambivalence entretenue par notre époque dans sa relation entre nature et technologie. Around the Island, Timée, Raster… autant de pièces qui évitent l’écueil d’un art entièrement tourné vers le « numérique » et le virtuel. Aussi épuré soit-il, le travail de Guillaume Marmin n’exclut pas une certaine forme de mystique transcendantale (Hara). Une préoccupation que l’on retrouve dans sa façon d’évoquer la beauté de l’imperceptible, celle de la physique et de la transposition sons/flux numériques, dans un nouveau monde d’images et de narrations.

Laurent Patissier
Créateur lumière
Laurent Patissier
  • Laurent Patissier se consacre depuis 23 ans à la conception d’éclairage pour le spectacle vivant. Il met en lumière des pièces de théâtre, de danse, des marionnettes, des concerts et des expositions. Il rencontre Christian et François en 1998, pour une première collaboration sur leur pièce L’homme rapaillé. A partir de 2004 et son travail sur la pièce Carcasses, un oeil pour deux, il créé les lumières des pièces de la compagnie. Pour la création chorégraphique, Laurent Patissier a dernièrement conçu les lumières des pièces Rock’n Roll Suicide #2 et Bosso Fataka de Andréa Sitter, Divin@média.com et Carne Argentina de Santiago Codon-Gras, et L’Avide de Marie Cassat. Pour le théâtre, il a créé les lumières des pièces This is the Hand de Christophe Cagnolari et Assoiffés de Brice Coupey. Pour la musique, il a mis en lumière les concerts du Quatuor Voce. Il éclaire également deux éditions du festival Sidération pour le Centre National des Etudes Spatiales, la sculpture Fracas d’Emmanuelle Ducros pour les Nuits Blanches, et l’exposition L’Abbaye Fleurie de Régis Perray à l’Abbaye de Maubuisson. Laurent Patissier a également collaboré avec Ana Ventura, Franck II Louise, Luc Laporte, Sandrine Roche, David Colas, Etienne Pommeret, Valérie Grail, La Danse du Chien, Tumulus, Roland Fichet, Merlin Nyakam, Ma Fu Liang, Agnès Sighicelli, François Boursier, Vincent Dussart, Jérôme Pisani et Nathalie Rafal, Morisse et Cie, Denis Guivar’ch. et Christine Julien, My Chau N’Guyen et Elizabeth Algisi.

Patrice Pépin
Régisseur lumières
Patrice Pépin
  • Après l’obtention d’un Certificat d’assistant technique son et lumière, puis une formation de régisseur général au CFPTS, Patrice Pépin travaille auprès de plusieurs compagnies. Il rejoint la compagnie de Christian et François Ben Aïm en 2013 pour les régies lumières de La forêt ébouriffée (2013).

guillaume-poix-page-equipe-1.jpg
Dramaturge, auteur
Guillaume Poix
  • Normalien et diplômé de l’Ensatt en écriture dramatique, Guillaume Poix est
    comédien, metteur en scène et dramaturge. Formé au cours Florent, il joue au cinéma dans Seul le feu de Christophe Pellet (2013) et Un beau dimanche de Nicole Garcia (2013). Il poursuit sa collaboration avec la comédienne et réalisatrice française en lisant à ses côtés, et avec Inès Grunenwald et Pierre Rochefort, 14 de Jean Echenoz au Théâtre du Rond-Point en octobre 2014. Il participe régulièrement aux lectures organisées par le Marathon des mots de Toulouse. Il a prêté sa voix au documentaire radiophonique de Clémentine Deroudille consacré à Robert Doisneau pour France Culture en juillet 2014. En 2013, il a été dramaturge et assistant à la mise en scène auprès de Valérie Nègre pour La Favorite de Donizetti au Théâtre des Champs-Élysées. Il a également assisté Claire Simon au cinéma pour Les bureaux de Dieu (2007).
    Avec le créateur sonore Guillaume Vesin, il a fondé la Compagnie Premières Fontes. Leur première création, Le Groenland de Pauline Sales, s’est joué au Théâtre des Clochards Célestes à Lyon en avril 2014. Leur deuxième spectacle, Festival, est créé à Lyon en mai 2015 au Théâtre Le Fou.
    Il a réalise une thèse en études théâtrales sous la direction de Christian Biet, à l’université de Paris Ouest – Nanterre. Ses travaux de recherche portent sur la représentation du deuil dans le théâtre d’après 1945. Il a notamment publié deux articles consacrés à l’œuvre théâtrale de Jean-Claude Grumberg
    dans la revue Europe (octobre 2011) et Théâtre aujourd’hui (juin 2012).
    Pour la collection Librio, il conçoit de nouveaux dossiers pédagogiques et dramaturgiques à l’occasion de la réédition des œuvres de Molière en 2015.
    Il est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre : Les Présomptions, sélectionnée en mars 2013 à la Mousson d’hiver, Virgile n’a pas les épaules, lue par l’Atelier volant au Théâtre national de Toulouse en juin 2013, Wave, commande de l’institut français de Cotonou (Bénin) et qui y est jouée en mars 2015. Straight, enfin, lauréate des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre 2014, de l’aide à la création du CNT en novembre 2014, finaliste du prix Sony Labou Tansy 2016 et sélectionnée au Festival Regards Croisés 2015, est sa première pièce publiée aux éditions Théâtrales. Il était dramaturge associé au Théâtre Poche/Genève (direction Mathieu Bertholet) pour la saison 2015-2016.

Véronique Sternberg
Collaboratrice dramaturgique
Véronique Sternberg
  • Enseignante-chercheuse spécialiste du théâtre et de la poétique des genres, Véronique Sternberg a exercé pendant plus de quinze ans à l’université comme maître de conférences. Elle a notamment publié Poétique de la comédie (Sedes, 2000), Le Comique (GF-Flammarion, 2003), Le Théâtre de Paul Scarron (Champion, 2009). Désireuse de confronter l’analyse littéraire aux réalités du plateau, elle s’attache très vite à favoriser le dialogue entre les chercheurs, les étudiants, le grand public et les professionnels du spectacle. Puis elle quitte l’université et fonde en 2013 Paroles en Scène, structure de médiation culturelle visant à développer les liens entre le monde artistique et tous les publics d’un territoire. Elle est également conseillère en développement des publics (CDBM, scène conventionnée du Perreux) et conférencière. C’est aujourd’hui le dialogue avec les artistes qui donne tout son sens à ce double parcours. Au gré d’échanges et de collaborations avec Christian Schiaretti, Virginie Merlin, Oskaras Korsunovas, Vincent Ecrepont, Véronique Sternberg essaie de mettre au service de la création sa connaissance des textes et des esthétiques dramatiques. Plus récemment, elle découvre grâce à la rencontre de chorégraphes (Nadine Beaulieu, Elodie Escarmelle, Christian et François Ben Aïm) toute la richesse de la collaboration dramaturgique sur des pièces de danse.

Pierre-Antoine Thierry
Scénographe, graphiste
Pierre-Antoine Thierry
  • Pierre-Antoine Thierry (Titwane) est illustrateur et graphiste. Comme illustrateur, il travaille pour l’édition, jeunesse ou adulte, pour la presse et pour la télévision. Il est notamment l’auteur de Enquêtes générales, une immersion au cœur de la brigade de répression du banditisme avec Raynal Pellicer aux éditions de la Martinière. Il réalise également de nombreux carnets de croquis. Comme graphiste, il travaille principalement dans le domaine culturel, pour des théâtres, des compagnies, des maisons de disques mais également pour des collectivités locales. Il enseigne le croquis à l’école Brassart de Tours. Outre un grand nombre de supports de communication, il a réalisé, pour la compagnie de Christian et François Ben Aïm, les scénographies des pièces Ne vous fiez pas au titre, il peut encore changer (2003), Carcasses, un œil pour deux (2004), En plein cœur (2006), You’re a bird, now ! (2007), Amor fati fati amor (2008) et Résistance au droit (2010).
    titwane.fr

Mélusine Thiry
Vidéaste, illustratrice
Mélusine Thiry
  • Formée à l’audiovisuel, Mélusine Thiry travaille dans le spectacle vivant comme éclairagiste et vidéaste. Elle axe ses explorations graphiques sur le travail des ombres, des matières et des couleurs. Puisant dans son expérience de la vidéo appliquée au monde des marionnettes, de la danse ou de la musique, elle collabore à la création d’univers visuels et de décors lumineux pour des spectacles pour enfants ou adultes. Lauréate du concours Figures Futur 2006, elle excelle dans l’art du papier découpé. En 2010, Jean-Charles Trebbi lui consacre une notice dans son superbe livre L’art de la découpe (éd. Alternatives 2010). Auteure de Poème verbal et graphique (comme l’a écrit un critique), Mélusine s’inspire, dans son illustration, du tout petit et de l’infini pour créer un univers mystérieux et merveilleux, exprimant ainsi les plaisirs et difficultés de grandir. Les images qu’elle créée apportent un éclat nouveau à l’univers de l’enfance. Elle collabore depuis 2007 sur différentes créations de la compagnie des frères Ben Aïm (You’re a bird, now !, Résistance au droit, L’Ogresse des archives et son chien, La forêt ébouriffée).

photo-Christophe-Velay.jpg
Régie générale et plateau
Christophe Velay
  • Formé au CFPTS en régie plateau, Christophe a évolué dans différents domaines de la machinerie : spectacle (cirque, théâtre, danse), événementiel,  festivals, audiovisuel (clips, publicité, courts et longs métrages).

    Il a travaillé pour des structures telles que le théâtre de Rungis, l’Odéon, la grande halle de la Villette, le Festival d’Avignon (8 éditions au sein du Grenier à sel); ainsi que le Théâtre du Peuple et Le 104 Paris en régie générale.

    Il collabore avec des compagnies artistiques sur des créations et des tournées en régie plateau et régie générale: T & M – Antoine Gindt / Ring Saga (Wagner), Emily Loizeau / MONA , Catherine BERBESSOU / Tu, el cielo y tu, Maroussia  Diaz Verbèke / Circus remix, CFB451 – Christian et François Ben Aïm / Mirages – Les âmes boréales,  Robert Wilson / Mary Said, Camille Boitel / Ma Aïda, etc.

    Il est enfin le Directeur technique du Collectif de cirque Sous Le Manteau.

Administration

Lola Renoud-Lias
Administratrice
Lola Renoud-Lias
  • Lola Renoud-Lias a rejoint la compagnie en février 2019. Après une licence en Sciences de la Communication axée culture à l’université d’Avignon, elle travaille au développement de la compagnie Le Théâtre de la Tortue puis obtient un Master 2 pro Développement Culturel et Direction de Projets à l’université Lyon II.

    Elle commence sa carrière à la Mairie du Xe arrondissement de Paris et, toujours soucieuse d’être proche de l’artistique, accompagne en parallèle différents projets comme la création du Festival de danse contemporaine ZOA. Elle devient Administratrice de l’ensemble de musique contemporaine Fa7 (2012-2018), spécialisé dans le spectacle pluridisciplinaire à destination du très jeune public. Elle y développe des projets territoriaux au long cours à destination de la Petite Enfance et participant activement à la création du collectif Puzzle. Toujours en lien avec Fa7, elle est Chargée des événements au conservatoire de Malakoff (2017-2018) afin de «professionnaliser» les nombreux spectacles organisés par cet établissement d’enseignement, véritable «fabrique culturelle».

Clarisse Maigrot
Chargée de production et de diffusion
Clarisse Maigrot
  • Clarisse Maigrot a intégré la compagnie en octobre 2018, après avoir été Chargée de production et de diffusion du Pôle des productions déléguées du CENTQUATRE-Paris.

    Avant cela, elle a effectué une licence d’histoire de l’art à la Sorbonne Paris IV et un master professionnel management culturel à Angers.

    C’est sa passion pour la pluridisciplinarité artistique qui l’a amenée à travailler avec la compagnie et qui reste la ligne directrice de son parcours puisqu’elle est également violoniste dans l’orchestre les Clés d’Euphonia ainsi que co-fondatrice du Quatuor à cordes Brincadeira.

    De belles ouvertures qui lui permettent aussi de mettre en valeur l’attrait des chorégraphes pour le croisement des disciplines au plateau et la place essentielle de la musique live dans leur démarche !

Tiphaine Mallégol
Chargée de développement et de communication
Tiphaine Mallégol
  • Tiphaine Mallégol a rejoint l’équipe en septembre 2019 après différents postes dans le réseau culturel français à l’étranger en tant que Chargée de projets culturels et de communication, notamment en ambassades / Instituts français et en Alliances françaises.

    Diplômée de Sciences Po Aix-en-Provence avec un double master franco-allemand, Affaires et Relations Internationales (ARI), elles se spécialise en culture, communication et coordination de projets et d’événements à l’international en France, en Allemagne, en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande et au Cambodge et en Égypte.

ELEKTRONLIBRE - Attaché de presse et relations extérieures
Olivier Saksik
  • Parallèlement à son cursus d’Etudes Théâtrales à Paris 3 – Sorbonne Nouvelle en 1997, Olivier Saksik fait la rencontre déterminante d’Agnès Célérier et Jérôme Thomas au théâtre 71 lors du 2ème  Festival « Dans la Jongle des Villes ». Il est chargé des relations avec le public au Théâtre Paris-Villette (1998-2001) pour développer un travail de proximité.

    Dès 2000, il découvre et commence à accompagner les premiers spectacles marionnettes la Cie Tro-héol. C’est ainsi que débute une histoire riche auprès des journalistes, des structures et des compagnies. Fort de vingt ans d’expérience depuis la création d’ELEKTRONLIBRE, il accompagne artistes, compagnies, festivals, structures et institutions qui oscillent entre cirque, marionnettes, danse, théâtre, musique, arts visuels, performance filmique etc.

    Depuis de nombreuses saisons, un équilibre, une confiance réciproque et un dialogue singulier avec ces différents interlocuteurs a été instauré et perdure.

ELEKTRONLIBRE - Chargée de communication et presse
Manon Rouquet
  • Après un passage en Hypokhâgne et Khâgne à Poitiers, Manon Rouquet entre à Paris 3 Sorbonne Nouvelle pour réaliser un master en « conception et direction de projets culturels ».

    Elle réalise sa première expérience professionnelle en tant que jongleuse et Assistante de communication dans un cirque itinérant avant de rejoindre l’équipe de La Maison des Jonglages pour un service civique. Chaque année, la Maison des jonglages organise le festival Rencontre des Jonglages, temps fort durant lequel Olivier Saksik gère les relations presse.

    Lorsque se termine son service civique, elle rejoint ELEKTRONLIBRE à temps plein. Aujourd’hui Chargée de communication, elle aime la diversité des projets défendus et travaille à leur mise en valeur au quotidien.

ELEKTRONLIBRE - Chargée de communication
Cindel Cattin
  • Cindel Cattin réalise sa première expérience en communication et relations presse lors du Festival off d’Avignon 2019 où elle accompagne le spectacle musical Faire semblant d’être normaux de la Compagnie Les Vitriers Lunatiques puis anime les réseaux sociaux de La compagnie Simagine et participe à la diffusion de leurs spectacles.

    Dans le cadre de son master en Littératures Comparées, elle effectue un stage au Théâtre Les Déchargeurs dans le pôle communication et relations publiques. Elle participe dans le même temps à l’élaboration de la 4e édition du Festival Court mais pas vite. 

    Elle rejoint l’équipe d’ELEKTRONLIBRE pour effectuer un stage en communication dans le cadre de son Master Théâtre, Ecritures et Représentations de la Sorbonne Nouvelle et poursuit aujourd’hui sa formation en tant que Chargée de communication print et web.

Bureau

Portrait_Gérard-Bono.jpg
Président
Gérard Bono
  • Actuellement, Gérard Bono préside à l’action de la structure La Pépinière Rouge, Entreprise d’Accompagnement d’Artistes créée en 2021. Il a dirigé la Scène Nationale d’Aubusson (2002-2020), la Scène conventionnée Le Dôme Théâtre d’Albertville (1992-2002) et le Théâtre de Châtellerault (1986-1992).

    Au cours de ces expériences de direction, il a associé de nombreux artistes à ses projets, entre autres : Dominique Boivin, Pascale Houbin, Josette Baïz, Nathalie Pernette, Denis Plassard, Seydou Boro ou Jean Claude Gallota pour la danse contemporaine et Wajdi Mouawad, Jacques Vincey ou Rodolphe Dana pour le théâtre.

    Il explique aimer « converser avec les arbres et les artistes ! » s’inscrivant toujours dans les projets d’accompagnement avec un regard bienveillant et néanmoins critique vis-à-vis des artistes de la danse contemporaine, du théâtre et du cirque d’aujourd’hui. Il s’intéresse particulièrement aux arbres, à la forêt et la nature que « nous devons aussi protéger, y compris quand l’on est un artiste conscient des enjeux climatiques. » Avec certains artistes, il développe ainsi une réflexion sur la construction de spectacles « zéro carbone ».

Ariane-Lipp.jpg
Vice-Présidente et trésorière
Ariane Lipp
  • C’est une histoire passionnante qu’Ariane Lipp vit aux côtés des chorégraphes puisqu’elle fut d’abord Administratrice de la compagnie pendant près de 7 ans, de 2003 à 2009, et qu’elle est membre du Conseil d’Administration depuis 2014.

    L’aventure se poursuit : elle devient vice-présidente et trésorière au sein de la nouvelle gouvernance (2021) afin de « creuser et questionner le sillon artistique que Christian et François Ben Aïm tracent avec force et engagement. »

    Ariane Lipp est aujourd’hui Directrice adjointe du Théâtre de la Manufacture – CDN de Nancy.

avatar-equipe.jpg
Secrétaire
Brigitte Livenais
  • Biographie à venir.

avatar-equipe.jpg
Membre du CA
Paul Morizeau
  • Biographie à venir.

avatar-equipe.jpg
Membre du CA
François Tresse
  • Biographie à venir.

avatar-equipe.jpg
Membre du CA
Julien Bousquet
  • Biographie à venir.

Rechercher